My Teen Romantic Comedy is wrong as I expected Tome 1 de Wataru Watari et Ponkan⑧

Depuis le début de leur existence, les éditions Ofelbe ont, la plupart du temps, proposé des oeuvre appartenant au registre fantasy ou plus largement du fantastique. Toutefois, Ofelbe a rapidement exprimé sa volonté de proposer de titre autre que fantasy. C’est ce que fera l’éditeur en proposant Durarara!. Toutefois, Durarara! comporte des éléments surnaturels ? Quand est-il des oeuvres type “slice of life” , ce genre qui pullule au Japon ? Eh bien, après plusieurs reports, les éditions Ofelbe nous permettent enfin de mettre la main sur My Teen Romantic Comedy is wrong as I expected. Un titre purement Slice of Life ! Qu’est-ce que j’en ai pensé ? C’est de ça dont on va parler !

Synopsis

« L’insouciance de la jeunesse est une imposture ! » Le jeune Hachiman a une vision des plus pessimistes de la vie. De toute façon, sa situation actuelle ne le pousse guère à déborder d’optimisme : pas d’amis, pas de petite amie et sa capacité à envisager l’avenir est totalement nulle. Pour le faire changer, sa conseillère d’orientation le pousse à rejoindre le « Club des Volontaires » qui vise à aider les lycéens à résoudre leurs problèmes et à réaliser leurs rêves. Néanmoins, ses ennuis ne font que commencer : déjà forcé à se remettre en question, Hachiman apprend qu’il doit coopérer avec Yukino, une élève, aussi brillante que sarcastique et antipathique, qui ne lui laissera aucun répit. La rencontre de ces deux lycéens aux caractères si différents risque de créer des étincelles.

Avis

Si vous n’avez vu que peu d’anime ou lu que peu de manga, vous ne le savez peut-être pas, mais le genre “Slice of Life” peut comporter des oeuvres dynamiques ayant souvent des dialogues au rythme plutôt rapide, tout comme il peut comporter des oeuvres accès vers la détente, où l’on peut suivre la vie banale, classique, des personnages. Ici, My Teen Romantic Comedy is wrong as I expected, fait clairement partie de la première catégorie. Cela, on s’en rend compte rapidement en lisant la rédaction (faisant office d’introduction) d’Hachiman, le personnage principal de cet histoire.
Hachiman est un adolescent de première, solitaire, blasé de la vie, mais plein de réparties. Il considère que l'insouciance de la jeune n’est qu’une excuse que l’on se donne pour ne pas regretter son comportement plus vieux ; que l’adolescence est pleine de faux-semblants. Ce comportement n’est bien sûr pas passé inaperçu auprès de son attirante et accro aux manga, conseillère d’orientation. Ainsi, dans l’espoir de changer son comportement, elle inscrit Hachiman au Club des Volontaires, un club ne comptant qu’une seule membre, Yukino Yukinoshita, une jolie jeune fille intelligente, mais très hautaine.
Sous les ordres de la conseillère, les deux élèves vont devoir aider les autres adolescents, malgré leurs caractères.

Ces deux lycéens vont, grâce à leur comportement, élever davantage la dynamique pourtant déjà bien présente dans l’oeuvre. Attendez-vous donc à voir des phrases assassines, des piques et autres réflexions bien senties, le tout suivi des réflexions internes d’Hachiman. Tout cela fait que l’on ne ressent jamais une impression de lenteur, même en début de chapitre. En lui-même, ce premier tome sert d’introduction à la série entière, même s’il marque bien, un début et une fin. En réalité, même si le tome comporte huit chapitres, il peut être diviser en cinq parties : L’introduction, aide 1, aide 2, aide 3, épilogue. Chaque chapitre permet de  développer un peu plus à chaque fois, les personnages, leur comportement, mais aussi leurs relations sociales (même s’ils n’en ont pas beaucoup). Ainsi, au fur et à mesure de l’histoire, on apprend à connaître Hachiman, Yukinoshita, le lycée, mais aussi les différentes énergumènes à qui ils vont venir en aide. Et croyez-moi, ce n’est pas avec eux que vous allez vous ennuyer.

Ces énergumènes sont au nombre de trois. Trois personnages assez particuliers pour qui n’a pas l’habitude de lire des manga ou regarder des animes, ce ne sont pas vraiment des personnages que l’on retrouvent dans la littérature occidentale, ils sont typiques de la culture populaire Japonaise. Au fil de la lecture, on apprend à connaître : une jeune fille qui souhaite s’intégrer à un groupe, mais qui veut offrir des biscuits, un lycéen “wanna be” écrivain à fond dans son délire, et enfin un joueur de tennis incroyablement mignonne, souhaitant ramener du monde dans son club. Là encore, pris seul, chaque personnage apporte quelque chose de nouveau dans la lecture. Mais ils arrivent parfaitement à s’intégrer avec les membres du Club des volontaires, ce qui améliore encore la dynamique de l’oeuvre, augmente un peu plus le nombre de critiques d’Hachiman ou les répliques glaçantes  de Yukinoshita, pour mon plus grand plaisir. D’autant plus qu’avec ces deux-là, faire des biscuits ou jouer au tennis apportera de grands moments. (Franchement, l’arc du match de tennis était vraiment génial). Une sacrée dynamique de groupe.

Pour parler du livre en lui-même, la lecture était très agréable. La police d’écriture était d’une taille correcte, et la mise en page, tout aussi bien. L’adaptation graphique des pages “interludes” entre les chapitres est vraiment bonne et font plaisir à voir. Tout autant que les illustrations de Ponkan➇, qui bien que jolies, sont aussi assez drôles, montrant ainsi la dominante humoristique de l’oeuvre. Notons aussi la présence bienvenue de notes explicatives tout au long du tome. En effet, My Teen Romantic Comedy is wrong as I expected est très contemporain et possède pas mal de références à la culture populaire Japonaise. On peut aussi retrouver des références à Dragon Ball, One Piece, ou même à des termes comme Tsundere. Et la plupart du temps, des notes explicatives sont présentes pour ne pas perdre le lecteur. Une très bonne idée quand on sait la volonté des éditions Ofelbe de toucher le marché des lecteurs ne connaissant rien à la culture populaire Japonaise. Une très bonne idée donc, mais pour ma part deux choses m’ont fait tiquer :
Tout d’abord, je trouve que malgré le nombre important de note, il en manque quelques-unes. Pour vous donner un exemple, Hachiman parle plusieurs fois du “Prince des Sayans” qui est une référence au manga Dragon Ball. Eh bien curieusement, alors que One Piece possède une note, la série de Toriyama n’en possède pas. Dommage, certaines personnes ne savent pas qui est Vegeta.

L’autre point concerne l’adaptation, enfin, le choix d’adapter pour être plus précis. Comme je le disais plus haut, certains termes comme, Tsundere, ou otaku ont été gardé car typique de la pop culture Japonaise, je le répète, c’est une très bonne initiative. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas avoir gardé le terme “Chuunibyou”, (collégite aigüe dans le livre) faire référence à “La petite maison dans la prairie” ou encore à “Question pour un champion” ? Certes cela parlera à plus de monde, mais c’est dommage de ne pas avoir utilisé une note pour ces moments-là. Je suis parfaitement conscient que c’est du chipotage, mais je voulais quand même en parler. Cela ne nuit en rien à la lecture.

Grâce à Hachiman, Yukinoshita, ainsi que les autres lycéens qu’ils rencontrent, j’ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture de ce premier tome de My Teen Romantic Comedy is wrong as I expected.
Non seulement les personnages sont drôles et les dialogues vraiment dynamique, mais les situations auxquels, les personnages sont faces prennent des proportions hors du commun, tant les cas sont désespérés (et désespérants).
Pour son premier essai avec le Slice of Life, Ofelbe réussi son pari. En espérant d’autres titres de ce style à l’avenir. Et même si ça prend du temps, j’aurai toujours la suite des péripéties du Club des Volontaires.

Disponible aux éditions Ofelbe


Commentaires

Laisser un commentaire :