bannière

Re:Zero - Re:vivre dans un autre monde à partir de zéro Tome 1 de Tappei Nagatsuki et Shinichirou Otsuka

Le 31/05/17 à 22:20:38 par Shinobivdk
image d'article

Debout les lecteurs et haut les coeurs, n’oubliez pas d’aller à la supérette, parce qu’on va parler du premier tome d’un certain Light Novel aujourd’hui… Un Light Novel dont l’anime a eu beaucoup de succès et qui possède des boucles temporelles. Je veux bien sûr parler de Re:Zero (Forcément, vu que c’est le titre de l’article :p) , que je n’ai pas vu !

Synopsis

En rentrant de la supérette, Subaru Natsuki est soudain transporté dans un autre monde. Pourtant, aucun invocateur ne l’attend, et le danger accule déjà le jeune homme sous la forme de brigands. Par chance, il est sauvé par une magnifique et mystérieuse jeune femme aux cheveux argentés et son esprit félin. Sous prétexte de rembourser sa dette, Subaru l’assiste dans la recherche d’un objet qui lui a été dérobé. Mais alors qu’ils trouvent enfin une piste, Subaru et sa compagne sont attaqués par surprise et perdent la vie. Du moins, c’est ce que pensait le jeune homme jusqu’à ce qu’il rouvre les yeux à l’endroit même où il avait été invoqué.

Avis

Comme je le disais, à l’époque où l’anime est sorti, je ne l’ai pas vu et je ne l’ai toujours pas vu d’ailleurs. Malgré tout, j’en avais entendu parler et, poussé par la curiosité, je me suis procuré la version Américaine du LN pour enfin découvrir les (més)aventures de Subaru. Celui-ci n’est pas vraiment quelqu’un de charismatique : Cheveux gominés, survêtements de sport et langage très familier, ce n’est pas vraiment le genre de protagoniste qu’on a l’habitude de voir dans ce genre d’histoire, il ne sait pas ce qu’il fait là et il n’a que des nouilles en boîte et son téléphone portable sur lui. Subaru n’est pas vraiment un personnage principal que l’on peut admirer, en fait, il fait même un peu pitié. (Même avouons-le, à sa place on ne ferait pas mieux). Pour tout vous dire, ce postulat de départ me plaît, car cela change un peu de ce que j’ai pu avoir l’habitude de lire. Et puis, au fur et à mesure que l’histoire avance, la pitié que l’on peut avoir pour Subaru va s’intensifier. 

Notre protagoniste étant quelqu’un de normal, il va tout de même essayer de récupérer un objet volé, pour les beaux yeux d’une jeune fille… Et se faire tuer, parce qu’il n’a pas de pouvoir… Enfin si, puisque après sa mort, Subaru réapparaît à l’endroit où il était apparu la première fois. Et c’est là que la pitié pour Subaru va augmenter, parce qu’il va, sans jamais renoncer, vouloir récupérer cet objet… Et pour ça, Subaru va mourir encore, et encore et encore, tout en essayant des stratagèmes différents, tel un joueur novice de Dark Souls. Le pire dans tout ça, c’est que Subaru n’est pas obligé de récupérer l’objet ! Et ce pour une raison bien précise que je ne révélerai pas. Le pauvre meurt donc pour rien. En tout cas, même si au départ, j’ai trouvé le scénario plutôt simple, les péripéties font 90% du charme du livre, les 10% restants sont dus aux personnages.

En effet, même si Subaru n’a pas de pouvoir offensif, ce premier tome possède des scènes d’action parfois haletantes, parfois angoissantes. Parce que malgré son absence de pouvoir et sa normalité, notre “héros” va savoir mettre à profit son pouvoir afin d’anticiper certaines actions, certains mouvements ou encore certains événements. Subaru sait donc se servir de sa tête et ça c’est bien ! Tout cela a un effet au cours de la lecture : La peur, le suspense, l’intensité des combats, la puissance des attaques magiques et surtout, la douleur, tout cela est très bien retranscrit à tel point que j’ai ressenti une sorte de tension malsaine, m’ayant permis une très bonne immersion dans l’histoire. J’en arrivais même à me demander, non pas si Subaru allait réussir, mais comment il allait mourir, et je trouve ça génial ! (Serait-ce du sadisme plus que de la pitié ?) L’action n’a jamais de coup de mou et permet de dévorer les pages très vite. Et en ce qui concerne les moments un peu plus calmes, ceux-ci nous permettent d’en savoir plus sur les personnages et leurs motivations. Classique mais efficace.

Car au milieu des “reset” et des meurtres en série, Tappei Nagatsuki n’oublie pas de développer ses personnages. Et le fait de “reset” autorise pas mal d’opportunités.
Prenons Subaru et uniquement Subaru : Comme dit précédemment, Subaru n’est pas vraiment un héros classique que l’on peut apprécier facilement, de part son style notamment, toutefois, on se rend rapidement compte, d’une part, qu’il est plutôt rusé et arrive à tirer son épingle du jeu quand il le faut. Et d’autre part, grâce à son pouvoir surprenant et la malchance qu’il possède, on ne peut que s’attacher à lui; que se soit pour l’amour de la souffrance, où la peine que l’on a pour lui.
Mais ce qui est d’autant plus intéressant, c’est la relation qu’à Subaru avec les autres personnages. Puisque celui-ci remonte dans le temps, les liens qu’il a pu tisser avec les gens sont alors effacés, l’obligeant alors à tout recommencer, ou à passer son chemin. Même si pour le lecteur, cela force une évolution qui aura probablement lieu tome par tome, pour Subaru cela doit être une petite souffrance psychologique. Et… j’aime ça !

A cause de son concept de boucle temporelle, ce premier tome aurait pu être très vite lassant, mais ce n’est pas le cas, grâce à l’inventivité de l’histoire et aux différents personnages marquants et charismatiques que l’on croise tout au long du récit (vous verrez). Le tout est parsemé des très jolies illustrations de Shinichirou Otsuka qui possède son propre style avec des visages assez ronds et particuliers. (Je ne sais pas vraiment le décrire mais je trouve ça très agréable à voir).

Pour moi, ce premier tome de Re:Zero est une très bonne entrée en matière. Le livre se lit très vite grâce à la tension malsaine, son action très bien ficelée, les malheurs de ce pauvre Subaru, mais aussi les petits moments calmes contrebalançant tout le reste. Si vous n’avez pas l’habitude des Light Novel ou des anime, je conseille d’y jeter un oeil, pour son histoire qui sort du lot. Si vous avez l’habitude, n’hésitez pas. Et si vous avez déjà vu l’anime, peut-être en saurez-vous plus. Bref, je vous le recommande.

Disponible aux éditions Ofelbe


Commentaires

Commenter :