bannière

DanMachi : la légende des familias tome 1, un plongeon dans un donjon

Le 25/07/16 à 14:16:38 par Shinobivdk
image d'article

Le 30 juin 2016, les éditions Ofelbe lançaient leur collection « Light Novel », une collection de livres, dont le format est plus proche du Light Novel Japonais que du roman classique. Pour amorcer cette collection, l'éditeur sort alors : « Dungeon ni deai o motomeru no wa machigatteiru darou ka », que l’on pourrait traduire par « Est-ce une mauvaise idée d’essayer de rencontrer des filles dans un donjon », mais adapté pour diverses raisons en « DanMachi : La légende des familias ». Le choix de cette série est plutôt astucieuse puisqu’elle a récemment bénéficié d’une adaptation anime, diffusée en simulcast sur la plate-forme vidéo, Viewster. Le souvenir est donc encore un peu frais dans les mémoires empêchant ainsi à certains lecteurs d’investir dans une série inconnue. Cependant, bien au-delà de l’aspect adaptation, DanMachi est surtout le lauréat du Grand Prix 2015 de Book Walker (Une librairie numérique), la série dispose donc d’un certain cachet.
Après cette introduction beaucoup trop longue, que vaut pour moi ce tome 1 de DanMachi ?

Synopsis

« La ville d’Orario est connue pour abriter en son sein un gigantesque donjon labyrinthique infesté de monstres. Donjon que les aventuriers de tout poil parcourent fréquemment en quête de richesses et de gloire, le tout sous l’œil protecteur de leurs dieux et déesses respectifs qui ont décidé de vivre parmi les mortels. Bell Cranel est l’un d’eux. Agé de 14 ans et venu de la campagne, il décide de se lancer à corps perdu dans cette épopée dans le but inavoué de se faire un nom parmi les héros autant qu’auprès de la gent féminine. Il est aidé en cela par Hestia, une déesse impopulaire qui l’a pris sous son aile. Cependant, les deux associés peinent à se faire un nom et sont, pour l’heure, obligés de vivre dans des conditions misérables.
Dans le Donjon, Bell se retrouve un jour face à un puissant Minotaure et ne doit sa survie qu’à l’intervention d’Aiz Wallenstein, une épéiste aguerrie dont il tombe immédiatement sous le charme. Déterminé à rétablir son honneur et à conquérir son cœur, il va replonger dans les entrailles de ce dédale afin de prouver sa vraie valeur. »

Avis

En ce qui me concerne, ce fut un vrai plaisir de plaisir de plonger chaque soir en Orario pour y découvrir son univers. Un univers, qui prend le temps de se construire au fur et à mesure des 300 pages du livre. DanMachi nous propose de faire connaissance avec une ville, donc le fonctionnement est très proche d’un RPG, ressemblant presque à la saga de jeu Etrian Odysey d’Atlus. Toutefois, même si l’univers de DanMachi est semblable à celui d’un RPG, il ne fait qu’emprunter certaines mécaniques de jeu tout en se les appropriant, rendant le tout suffisamment bien explicite, pour que cela devienne parfaitement cohérent. 

Ces explications et ces développements sont rendus possibles grâce aux personnages de Bell et d’Hestia. Le personnage de Bell va, en s’aventurant dans le Donjon, nous permettre d’en savoir plus sur les différentes strates formant le labyrinthe, les différents monstres présents, en les décrivant suffisamment explicitement pour se faire une idée. Mais aussi en nous informant sur ses peurs et ses doutes, ses réactions lors des affrontements, donnant ainsi au récit, la possibilité de nous tenir en haleine à chaque combat difficile de notre aventurier.
Hestia quant à elle, va nous permettre d’en savoir plus sur les divinités peuplant Orario, leur physique, leur comportement, leur spécialité, mais aussi et surtout, les relations entre elles. Loin d’être inutiles, ces descriptions de l'univers ne sont pas placées au hasard dans le récit et le servent dans son avancement et dans la compréhension de ses enjeux. J'ai d'ailleurs trouvé sympathique le fait que l'auteur aille piocher dans plusieurs mythologies pour créer les dieux d'Orario. Greque, Nordique, ou encore Indienne, je trouve ça assez surprenant qu'il n'y ait pas de divinité Asiatique. Peut-être est-ce pour renforcer le coté RPG-like ?

Même si deux facettes de l’histoire sont développées grâce à Hestia et Bell, il y a un autre aspect qui n’a pas été oublié, la relation entre Hestia et Bell elle-même. Cette relation est plutôt classique et déjà vue, mais on prend plaisir à la voir évoluer en étant parfois amusé, parfois frustré, mais on peut pas s’empêcher de penser qu’on a déjà vu ça dans d’autres oeuvres. Cependant, pour que cette relation évolue, il faut aussi que les deux personnages évoluent indépendamment et ça l’auteur l’a bien compris, il ne ménage pas ses protagonistes, en leur donnant un but, des doutes sur leur capacités à l’atteindre, de la tristesse et de la souffrance. Nous montrant ainsi que tout n’est pas rose dans le monde de Danmachi.

Ce premier tome de DanMachi est une très bonne découverte captivante, agréable, et facile à lire. Un titre idéale pour se détendre et passer du bon temps. C’est un très bon scénario de Fujimo Omori et de très jolies illustrations de Suzuhito Yasuda. De quoi vous faire succomber aux charmes d’Hestia et des autres divinités d’Orario. C’est donc un très bon choix des éditions Ofelbe.  N'hésitez pas à le lire pendant vos vacances !

Disponible aux éditions Ofelbe


Commentaires

Neko

DanMachi ♥ Je suis en pleine lecture du tome 2 (moi, en retard ? Nooon...) et j'avais donné mon avis sur le blog pour le tome 1 ^^ J'avais vu l'anime pour celui-ci - ça change... - et j'ai même les DVD/Blueray dans ma chambre, il m'avait quand même fait passé un bon moment même si ce n'était pas le meilleur sortit ^^ Ce qui est sûr, c'est que ton avis donne envie de le tenter (ou de se replonger dedans) et c'est plutôt chouette ! As-tu lu la suite ?
Commenter :