bannière

Fullmetal Knights Chevalion tome 1 de Sawako Arashida

Le 04/07/16 à 22:17:04 par Shinobivdk
image d'article

Introduction

Dans les séries comme Kamen Rider ou les séries Super Sentai, on aime suivre les péripéties d’un ou plusieurs héros tentant de sauver le monde des plans d’entités maléfiques. On suit les protagonistes dès leurs débuts, puis nous les voyons devenir de plus en plus forts, obtenant de nouveaux pouvoirs, pour finalement obtenir le pouvoir ultime permettant de terrasser le grand méchant, le « True Last Boss ».
C’est génial la Terre est sauvée ! Mais… que se passe-t-il ensuite pour tous ces héros ?
Eh bien, c’est précisément ce que Fullmetal Knights Chevalion raconte. Que nous propose donc ce premier tome ?

Avis

La première chose qui frappe en lisant ce tome, c’est qu’il est drôle : Après avoir sauvé la Terre, les Chevalion ont quitté leur amure… enfin presque : Retto, la « force rouge » des Chevalion, la porte toujours… Difficile de retrouver une vie normale dans cet accoutrement.
Cette situation permet donc une flopée de gags grâce au décalage que cela provoque. Ainsi, les maladresses du héros tournent adroitement en dérision, l’univers si particulier des super-héros japonais, en s’autorisant de temps en temps de briser le quatrième mur. Les dégâts collatéraux, le ridicule de certaines situations, tout y passe, les amateurs de burlesque apprécieront.

Mais bien au-delà de l’aspect comique, au travers ce tome, on peut percevoir en sous-texte, une réflexion sur le vide que l’on peut percevoir après un accomplissement personnel, le passage à l’âge adulte et la nostalgie de la jeunesse, ou juste simplement une réflexion sur le temps qui passe. Bien sûr, ce n’est que le premier tome et on ne sait pas encore ce que l’histoire nous réserve. Mais elle est mise en place plutôt habilement, au travers des situations comiques ponctuant les chapitres et en nous présentant progressivement, les différents personnages ayant composé l’escouade « Chevalion », Toutefois, on pourrait reprocher des développement de personnages inégaux, mais ce n’est que le début de l’oeuvre.

Pour accompagner le scénario et son personnage, Sawako ARASHIDA nous offre un dessin détaillé et élégant lorsque l’action s’y prête et un dessin plus simpliste et grossier lors des passages comiques. Un dessin bien dosé sachant faire mouche (mention spéciale pour la cathédrale/église). Les cases sont bien rythmés et certains moments vous feront peut-être penser à d’autres oeuvres, comme par exemple Saint Seiya. En tout cas j’ai apprécié.

Pour faire simple Fullmetal Knights Chevalion est une découverte sympathique, burlesque et parodique, mais beaucoup plus intelligent et élégant qu’il n’y paraît. En espérant que la suite soit du même acabit !

CHEVALION BREAK !

Disponible aux éditions Akata


Commentaires

Commenter :